Bypass Repeated Content

Résidence épiscopale baroque sur les rives du lac de Constance

Nouveau Château de Meersburg

Treppenhaus im Neuen Schloss Meersburg mit Statuen und Deckenfresko; Foto: Staatliche Schlösser und Gärten, Arnim Weischer
Une ascension monumentale

L’escalier

L’escalier monumental relie l’entrée au bel étage, l’aile principale représentative située au deuxième étage. Aujourd’hui encore, les visiteurs empruntent le même chemin que les invités de haut rang qui étaient jadis conviés aux festivités organisées sous le règne des princes-évêques.

Portrait de Balthasar Neumann, huile sur toile, 2e moitié du XVIIIe s. ; crédit photo : Staatliche Schlösser und Gärten, Andrea Rachele

Neumann a conçu l’escalier monumental.

Un architecte de renom

Damian Hugo von Schönborn, prince-évêque de Constance de 1740 à 1743, prévoyait d’agrandir le « Nouveau Bâtiment » avec un escalier monumental. Le célèbre architecte du baroque, Balthasar Neumann (1687–1753), a réalisé les plans de la transformation en 1740 comprenant l’église du château et l’escalier depuis Bruchsal. Il y exerçait ses fonctions d’architecte pour le compte du prince-évêque de Spire von Schönborn. Johann Georg Stahl, qui exerçait aussi à Bruchsal, en a réalisé la construction.

Une décoration foisonnante

Le nouvel escalier s’est malgré tout avéré instable en raison de mauvaises fondations. L’architecte Franz Anton Bagnato fut chargé de la reconstruction dès 1759. L’ensemble fut alors agrémenté d’une décoration foisonnante : des lions, figures divines, lanternes et vases ornent la cage d’escalier. La grille, forgée par le ferronnier Johannes Oberhofer, clôture le balcon devant le portail principal. Les sculptures qui se dressent sur les piédestaux sont probablement l’œuvre du sculpteur de Constance Johann Ferdinand Schratt.

Blason en stuc du prince-évêque Franz Conrad von Rodt au nouveau château de Meersburg ; crédit photo : Staatliche Schlösser und Gärten, Arnim Weischer

Les armoiries du prince-évêque dans l’entrée de la salle des banquets.

Au service de la représentation

En droite ligne avec les canons de l’époque baroque, l’escalier de Meersburg était un prétexte à représentation et fut aménagé en conséquence. L’escalier à deux ailes mène du sous-sol sombre à la salle des banquets – pièce centrale du bel étage – en passant par le premier étage et en traversant un foyer inondé de lumière. Le blason en stuc du donneur d’ordre, le cardinal Franz Conrad von Rodt, surplombe sa porte. Les lions évoquent le règne du prince-évêque von Rodt et portent les armoiries de la famille.

Fresque de plafond « Glorification du prince-évêque » dans l’escalier du nouveau château de Meersburg de Giuseppe Appiani, 1761 ; crédit photo : Staatliche Schlösser und Gärten, Arnim Weischer

Un symbole de prestige pour le prince-évêque.

Une touche finale en apothéose

Dans l’escalier, l’attention est immédiatement attirée par la peinture de plafond réalisée par le peintre de la cour de l’Électorat de Mayence Giuseppe Ignazio Appiani en 1761. Elle illustre le règne glorieux du prince de l’église et la durée éternelle du gouvernement du prince-évêque. Le portrait de Franz Conrad von Rodt en occupe le centre, entouré de Fama et Clio, les muses de la gloire et de l’historiographie. Ses attributs comme le chapeau de prince, la croix du cardinal, la mitre et l’épée trahissent clairement son rang de prince-évêque.

Treppenhaus im Neuen Schloss Meersburg mit Statuen und Deckenfresko; Foto: Staatliche Schlösser und Gärten, Arnim Weischer

Un ensemble impressionnant : l’escalier.

En savoir plus

Personnalités
Œuvres d'art et pièces

Veuillez sélectionner un maximum de 5 mots-clés.